Ces personnalités qui ont marqué l’actualité durant le Covid-19

Article : Ces personnalités qui ont marqué l’actualité durant le Covid-19
8 juillet 2020

Ces personnalités qui ont marqué l’actualité durant le Covid-19

Mondoblog lance le projet Mondoblog, unis contre le Covid-19, pour raconter l’évolution et les conséquences de la pandémie de coronavirus du point de vue des Mondoblogueurs sahéliens.


Les Burkinabè ne sont pas prêts d’oublier le coronavirus de sitôt. Le nom de ce petit virus qui a créé un énorme désordre mondial résonne encore dans toutes les têtes. Au fil de la riposte, les citoyens se sont aussi familiarisés avec un certain nombre de noms et de visages qui ont rythmé notre quotidien pendant cette période inédite dans le pays des hommes intègres.

Le Mondoblogueur Amos Traoré et moi-même vous proposons ce billet en commun : un classement non exhaustif des personnalités qui nous ont accompagnés, qui nous ont marqués pendant cette crise sanitaire. Nous avons posé notre attention sur des entités de différents horizons, qui, par leurs actions ont apporté une touche particulière à l’actualité du Covid-19 grâce à leur leadership, à leur intégrité et à leur envie de faire bouger les lignes. D’autres, au contraire, ont marqué cette période par des scandales. Tour d’horizon.

Mon top 5

L’opération « SOS appareils respiratoires » de Mme Nestorine Sangaré

Mme Sangaré a été Ministre de la Promotion de la Femme de 2011 à 2014. Elle est aussi enseignante et actuellement Directrice Exécutive du Centre De Recherche et d’Intervention en Genre de Développement (CRIGED). C’est une grande dame que j’admire beaucoup surtout pour son engagement pour la cause des femmes. Son franc parler et son engagement social me fascinent !

Le 25 mars dernier, elle a lancé l’opération “SOS appareils respiratoires” sur les réseaux sociaux. Cette opération était un appel à la mobilisation sociale pour soutenir l’Etat dans ses efforts de lutte contre la pandémie de Covid-19, et à la sensibilisation de l’opinion nationale sur la nécessité de se doter d’urgence d’un stock suffisant d’appareils respiratoires. Grâce aux soutiens obtenus, Nestorine Sangaré a réussi à mobiliser plus de 19 millions de Francs CFA pour l’achat de 9 moniteurs multiparamétriques. Ces moniteurs ont  été officiellement remis au Ministère de la Santé le 6 mai 2020.

Une alliance pour venir en aide au personnel soignant

L’association African Golden, le mouvement Jeunesse solidaire, Lika sécurité et les restaurants la Perle et Café Onu ont lancé une initiative commune en avril 2020 pour nourrir le personnel soignant. L’objectif de leur initiative était d’offrir 4 000 repas (à raison de 100 par jour) à l’hôpital Tengandogo de Ouagadougou et à la clinique Les Genêts Plus + qui accueillent les malades du Covid-19. « On a appris que le personnel soignant avait des difficultés pour manger et on a décidé de venir en aide à ce personnel. C’est notre façon d’ajouter notre toute petite pierre à l’édifice. Nous savons faire juste une chose, c’est de servir le bonheur à table. Nous allons apporter ce petit bonheur là », a déclaré Aminata Konkobo Ouedraogo, promotrice des restaurants Onu à Ouagadougou.
L’opération a duré deux mois et on peut dire qu’elle a vraiment soulagé les agents de santé au plus fort de la crise.

Arouna Louré, médecin et lanceur d’alerte

Ce jeune médecin réanimateur anesthésiste et écrivain a été l’un des premiers à s’élever sur les réseaux sociaux contre les conditions dans lesquelles étaient internés les malades du Covid-19 de l’hôpital de Tengandogo. Il s’est aussi exprimé dans la presse où il n’a pas hésité à insister sur la faiblesse du système de prise en charge des malades, mais aussi à dénoncer le manque d’appareils respiratoires, dans le pays. En mobilisant l’opinion publique sur ces questions sanitaires, Arouna Louré a réussi à faire changer un tant soit peu les choses. Ses sorties médiatiques lui ont valu quelques démêlés avec sa hiérarchie, notamment avec l’Ordre régional des Médecins, mais ça ne l’a pas empêché de continuer à s’exprimer haut et fort !

Le collectif  « Stop Covid-19 »

La pandémie de coronavirus a inspiré les artistes du monde entier. Au Burkina Faso, plusieurs artistes ont fait le choix de prêter leurs voix pour sensibiliser la population à la maladie du coronavirus : Dicko Fils, Imilo le chanceux, Will B Black, Fush Alpha, Sofiano, Awa Sissao, et Dez Altino. Ensemble, ils ont créé un collectif et ont sorti un titre : Stop Covid-19 . A travers ce titre, les artistes rappelaient à tous les mesures barrières à respecter pour limiter la propagation de la maladie. J’ai particulièrement aimé le fait qu’ils chantent dans plusieurs langues du pays afin de toucher un maximum de personnes.

Malika La Slameuse

Malika la Slameuse est une artiste qui se démarque non seulement sur le plan musical, mais aussi sur le plan humanitaire ! Avec sa fondation Slamazone, elle a livré quatre tonnes de vivres à des personnes dans le besoin, ainsi que des kits sanitaires, avec du gel hydroalcoolique et des masques. L’artiste fait également partie du projet «MaskUp Africa» dont l’objectif est d’offrir 12 000 masques à des personnes vulnérables dans plusieurs pays d’Afrique.


Le top 5 d’Amos

Le rappeur Smarty

Pour moi, c’est sans doute pour moi, l’artiste musicien qui a le plus marqué cette période de crise sanitaire et ce, dès le début. En effet, Smarty est l’auteur du tube Monsieur Corona, chanson officielle choisie par l’UNICEF pour sensibiliser la population sur la pandémie de Covid-19. « A l’arrivée du coronavirus au Burkina Faso, j’ai commencé à entendre de fausses informations sur la maladie. C’est pour lutter contre ces rumeurs qui peuvent être dangereuses pour la population que j’ai composé ce titre avec l’UNICEF », a expliqué la légende du hip-hop burkinabè.

Smarty a aussi contribué dans de nombreuses villes du pays à des campagnes de distribution de kit de lavage de mains, de gel hydroalcoolique ou encore de cache nez. C’est un homme de conviction qui met sa voix au service de la cause publique. L’artiste a par ailleurs été désigné récemment ambassadeur de bonne volonté auprès de l’UNICEF, une première pour une personnalité burkinabé. Chapeau l’artiste !

Le journaliste Yacouba Ladji Bama

Celui qu’on surnomme « Ladji l’intrépide » ou encore « l’héritier de Norbert Zongo » est un célèbre journaliste d’investigation au Burkina Faso. Ces dernières années, Yacouba Ladji Bama, à travers ses enquêtes publiées dans les journaux Le Reporter et le Courrier Confidentiel, Yacouba Ladji Bama a mis à nu de nombreuses malversations au plus haut sommet de l’État. Pendant cette période de crise sanitaire, il n’a pas chômé puisque ce journaliste téméraire a fait éclater au grand jour de nombreux manquements dans la gestion du coronavirus.

Il a notamment révélé un scandale qui touchait celui qui avait été nommé coordonnateur de la riposte face au Covid-19 par le gouvernement, le Pr Martial Ouedraogo. L’enquête du journaliste d’investigation a révélé qu’un petit garçon était mort suite à une détresse respiratoire, sans aucune assistance, devant la clinique du Pr Mathias Ouedraogo. A la suite de ce scandale, qui a grandement ému l’opinion burkinabè, le professeur a été débarqué manu militari de son poste de coordinateur, décision prise en conseil des ministres le 29 avril dernier. Ceci n’est qu’un exemple, mais pour de nombreux Burkinabè, Ladji Bama, grâce à son travail d’investigation, a contribué à faire bouger les lignes.

L’artiste Don Sharp

Un autre artiste a rythmé le quotidien de la population ces derniers mois. Beaucoup de citoyens ont découvert Don Sharp, alias De Batoro le parolier, sur la télévision BF1 où il sensibilise de manière ludique les téléspectateurs sur l’application stricte des gestes barrières : comment se laver efficacement les mains avec du savon, comment porter un masque, faire attention à bien respecter de la distanciation physique, etc. Don Sharp a mis tout son talent de parolier au service de la riposte contre le Covid-19.

La Ministre de la Santé, Claudine Lougué

« On m’a fait mentir. » Cette phrase a propulsé la Ministre de la Santé sur le devant de la scène médiatique de la plus mauvaise des manières. Au cours d’une enquête menée par l’intrépide Yacouba Ladji Bama, parue dans le Courrier Confidentiel, l’opinion publique a découvert de graves manquements du gouvernement dans la gestion de la pandémie. Le journaliste d’investigation a poussé dans ses retranchements la Ministre de la Santé qui a fini par craquer: elle a avoué que ses collaborateurs l’avaient induit en erreur sur un certain nombre de paramètres, notamment dans le cas du décès de la députée, Marie Rose Compaoré. En tout cas, l’opinion n’a pas été tendre envers Claudine Lougué, elle a subi un véritable lynchage médiatique, surtout sur les réseaux sociaux.

Le Pr Martial Ouedraogo

Au début de la crise sanitaire, il était le visage de la lutte contre le coronavirus. En tant que coordonnateur du Centre des Opérations de Réponse aux Urgences sanitaires, le Pr Martial Ouedraogo, pneumologue Burkinabè de renommée internationale, était chargé de piloter toutes les actions liées au soin dans le cadre de la lutte contre le Covid-19, en tant que coordonnateur du Centre des Opérations de Réponse aux Urgences sanitaires. C’est notamment lui qui faisait le bilan hebdomadaire de la situation sanitaire en conférence de presse, son visage était donc connu de tous.

Malheureusement, le Pr Martial Ouedraogo a vu sa cote de sympathie décroître considérablement après la publication d’une enquête de Yacouba Ladji Bama (encore lui !). Celui-ci a dévoilé que le Pr Ouedraogo a laissé mourir un jeune garçon devant sa clinique, malgré les supplications des parents. Ce fait a vraiment marqué l’opinion Burkinabè. De nombreux griefs ont été ensuite reprochés au médecin, on a par exemple noté des insuffisances lourdes dans le management du personnel de sa clinique, qui ont plombé la riposte face au Covid-19. Ces révélations ont rendu l’opinion burkinabè très hostile envers le Pr Martial Ouedraogo, des voix se sont élevées pour réclamer son départ. Il a finalement été débarqué le 29 avril en Conseil des ministres, et remplacé dans la foulée par le Docteur Brice Bicaba. 


Ce que nous souhaitons souligner à travers ce billet, c’est que dans toute situation de crise, ce qui fait la différence, c’est certainement la manière dont des gens se lèvent pour agir. Une chose est sûre, le coronavirus a eu le mérite de mettre en lumière le meilleur et le pire de la société burkinabé. Ces personnalités sont le reflet d’une société dynamique et engagée, tolérante , mais aussi, en même temps, d’une société qui traîne certaines tares.

Retenons une chose : tout le monde peut agir ! Au Burkina Faso, face au coronavirus, artistes, médecins, journalistes, politiques… nombreux ont été ceux qui se sont se demandé comment faire pour être utile et pour venir en aide aux autres.

Partagez

Commentaires