Comment les couples ont vécu le confinement au Burkina Faso ?

Article : Comment les couples ont vécu le confinement au Burkina Faso ?
24 juin 2020

Comment les couples ont vécu le confinement au Burkina Faso ?

Mondoblog lance le projet Mondoblog, unis contre le Covid-19, pour raconter l’évolution et les conséquences de la pandémie de coronavirus du point de vue des Mondoblogueurs sahéliens.


Dans la plupart des pays du monde, le Covid-19 a rimé avec confinement partiel ou total afin de limiter la propagation de la maladie. Chez moi, au Burkina Faso, le confinement n’a pas été décrété. Le 21 mars, le gouvernement a préféré instaurer un couvre-feu de 19h à 5h, qui est ensuite passé de 21h à 4h du matin, pour finalement être levé le 3 juin 2020.

A l’annonce de ces mesures, les gens ont décidé de rester à la maison. Et sur la Toile, les internautes burkinabè n’ont pas tardé à parler de la survie des couples à cet « auto-confinement forcé ». Beaucoup ont parié sur la séparation de certains couples parmi lesquels le mari n’avait pas l’habitude de passer autant de temps à la maison. Mais au début de la pandémie de coronavirus, couvre-feu oblige, tout le monde devait être rentré à la maison avant 19h. Croyez-moi, les forces de l’ordre y veillaient farouchement.

On a ainsi vu déferler sur la Toile des publications parfois très sexistes incriminant surtout madame, il faut le préciser…


Sur Internet, le verdict semblait unanime : beaucoup de couples ne survivront pas.
Je suis allée à la rencontre de plusieurs couples pour savoir comment ils ont vécu cette période.

Confinement et proximité

Mme Z., elle, a très mal vécu le confinement. A 46 ans, elle travaille à la Fonction publique. Son mari, Mr Z., a pour habitude de croiser ses amis tous les soirs après le boulot et de rentrer aux alentours de 20h. Il passe ainsi peu de temps avec Madame et les enfants. D’un coup, il n’a plus eu le choix, il devait rentrer directement après son travail. Double peine pour Mr Z., à cause de la pandémie et des mesures, il devait désormais travailler 3 jours sur 5 au lieu d’un temps plein. Ce qui impliquait donc de passer certaines de ses journées à la maison.

Mme Z. raconte:

« Au début, j’étais plutôt contente. Pour moi, le fait qu’il soit à la maison allait nous rapprocher et surtout lui permettre de passer plus de temps avec sa famille. Mais il était constamment de mauvaise humeur et nous nous disputions beaucoup. Il se plaignait de tout: la nourriture qui n’est pas bonne, la maison qui n’est pas propre, les enfants qui font trop de bruit, la télé…. Au final, j’avais juste hâte qu’il reprenne son rythme de travail normal ! »

Depuis l’allègement des mesures, Mr Z. a repris ses bonnes vieilles habitudes, et Mme Z a retrouvé un semblant de paix dans son foyer.

Confinement et chômage

B. quant à lui a 35 ans, il est marié depuis 4 ans. Il a malheureusement perdu son travail en raison de la crise et il s’est alors retrouvé chez lui toute la journée.

« Au début, je passais mes journées à me morfondre à la maison. J’étais vraiment déprimé parce que j’avais perdu mon travail et j’étais jaloux que Madame continue de travailler. Et ça a causé pas mal de disputes, surtout parce qu’elle me disait que je pouvais me rendre utile dans la maison. Je dois avouer que j’ai vraiment été de mauvaise foi, mais au bout d’un moment, j’ai compris qu’elle n’y était pour rien et que je devais y mettre du mien. Au final, nous avons réussi à nous entendre et notre confinement s’est plutôt bien passé. »

B. a même retrouvé son emploi il y a quelques semaines.

Confinement et famille

© Benji Aird via Unsplash / Iwaria

Mr et Mme T, un couple d’amis, ont plutôt bien vécu cette période de confinement. Mr était en télétravail à la maison et Mme en congé maternité. Il m’a confié qu’il a été particulièrement ravi de pouvoir travailler de la maison car ça lui a permis de passer plus de temps avec sa femme et leur bébé de quelques mois.

« J’étais content de voir mon bébé grandir et évoluer. Je crois que nous avions besoin d’une période pour retrouver un bon mode de fonctionnement. Le Covid-19 est arrivé à point nommé si je peux le dire ainsi ! J’ai aidé Madame du mieux que j’ai pu tout continuant de travailler. Vu qu’elle allaite, nous n’avons pas voulu prendre de risques, c’est donc moi qui faisait toutes les courses de la maison. »

Pour eux, le plus dur ça été de trouver un équilibre avec le télétravail de Monsieur. « Ce n’était pas du tout évident au début. On a mis en place un planning. J’ai dû aménager un coin travail dans le salon et nous avons de plages horaires pendant lesquelles je devais me concentrer ».
Pour elle ce n’était pas facile non plus: « Lui avait besoin de travailler, et moi j’avais parfois envie de regarder la télé ou de recevoir de la visite. Quand la petite se mettait à pleurer pendant que son papa était en conférence Skype, je devais la gérer et ce n’était pas tout le temps évident. »

Néanmoins, ils sont unanimes sur le fait que ce temps ensemble a été très bénéfique pour leur couple:

« Nous avons passé de très bons moments ensemble, même si bien sûr, quelques petites disputes ont éclatées. Nous avons cuisiné ensemble, fait du sport ensemble. Surtout, on a profité de ces instants en famille. C’est rare de pouvoir passer autant de temps ensemble ! Nous avons appris à mieux nous connaître, à prendre soin l’un de l’autre et à nous apprécier. »

Confinement et distance

Un autre couple d’amis a vécu une situation assez particulière. Ils sont fiancés depuis quelques mois et ils ont un petit bébé. Mais Madame s’est retrouvée coincé au Canada, tandis que Mr était au pays. Elle devait rentrer fin juin mais la fermeture des frontières et des aéroports rend son rapatriement impossible. Elle, a très difficilement vécu la situation:

« Ça m’a beaucoup affectée. J’étais très angoissée de me retrouver si loin sans lui, et sans possibilité de rentrer. Mais il a su me rassurer malgré la distance et je dois dire que ça nous a finalement beaucoup rapprochés, on s’en sortira plus fort.«

Savoir faire preuve de tolérance

couple, confinement, burkina faso, covid 19
© Richkat via Pixabay / Iwaria


Dans mon entourage ou même sur les réseaux sociaux, je n’ai pas eu vent de relations brisées à la fin de cette cohabitation forcée. Chaque couple a son histoire. Certes le confinement a été une épreuve mais ce n’était pas non plus un examen de passage. Et la vie semble avoir repris son cours pour les couples que j’ai rencontré, chacun a repris ses vieilles habitudes. Néanmoins, tous affirment que la situation leur en a plus appris sur leur partenaire. Comme le dit ma Maman, en toutes choses, il faut savoir faire preuve de tolérance et de patience, et surtout ne pas s’attarder sur les petits détails. Et après tout, l’amour donne des ailes !

Partagez

Commentaires